02 mars 2019 – « Quelle place pour les bourgeons parmi les soins par les plantes (gemmothérapie)? »

Qu’est-ce-que la gemmothérapie, ou thérapie des bourgeons ? Quelle place dans l’histoire de la phytothérapie ?

La gemmothérapie est l’utilisation de tissus embryonnaires végétaux en croissance tels que jeunes pousses, bourgeons, préparés par macération dans un mélange eau-alcool-glycérine pour obtenir un extrait que l’on appelle « macérat glycériné ».

Le bourgeon présente à sa base des cellules indifférenciées qui se multiplient très vite. Elles contiennent toute la puissance de la future plante et sont totipotentes : une seule de ces cellules embryonnaires peut, in vitro, reconstituer le végétal dans son entièreté.

C’est le Dr P. Henry qui pose le premier l’hypothèse que les cellules embryonnaires des bourgeons doivent contenir toute l’énergie informative au développement des arbres, hypothèse reprise et intégrée par Dr Max Tétau dans son laboratoire homéopathique.

Méthodes de production :

Par la mise en macération de bourgeons et jeunes pousses dans trois solvants différents (mais parfaitement complémentaires), le Dr P. Henry a trouvé le moyen d’extraire leur « quintessence » sous forme de macérat glycériné. Deux écoles de pensée subsistent : D’un côté, les laboratoires homéopathiques commercialisent aujourd’hui les extraits de bourgeons préparés selon le Dr Max Tétau, sous la forme d’une solution dix fois plus diluée que le macérât original.

D’autre part, l’école menée par Philippe Andrianne préconise plutôt l’utilisation directe du macérat glycériné concentré.

Quelle place parmi les soins naturels ?

Le champ d’action de la gemmothérapie est très profond puisqu’elle permet d’agir au cœur des cellules en impactant l’ensemble de l’organe-tissu-cellule.

On peut en utiliser plus particulièrement en pédiatrie, du fait de leur correspondance par l’utilisation d’un tissu végétal en croissance pour un organisme en croissance, et de leur parfaite tolérance.

Mais on peut également considérer que ces tissus en pleine croissance sont porteurs d’un « principe de rajeunissement » capables de revitaliser des organes sclérosés des personnes plus âgées.

La gemmothérapie n’est pas un traitement symptomatique. Les préparations de bourgeons peuvent être employées pour stimuler les émonctoires (foie, reins, peau, organes d’élimination…), exercer une action drainante avec élimination des toxines, activer la circulation sanguine, ou faciliter la désintoxication de l’organisme.

Parmi les plus connus, citons le BG Cassis dont l’effet anti-inflammatoire peut être utilisé dans différentes problématiques, ainsi que pour lutter contre la fatigue chronique et en période de convalescence.

Quelle utilisation des bourgeons pour les personnes fragiles ?

Cette médecine des bourgeons ne présente, pour l’instant, aucun effet secondaire connu. Elle est donc tout particulièrement recommandée pour les femmes enceintes et les jeunes enfants.

Cependant, par précaution, durant les 3 premiers mois de la grossesse, la femme enceinte limitera la prise de bourgeons aux recommandations d’un professionnel de la santé spécialisé.

Par ailleurs, si les extraits de tissus embryonnaires végétaux présentent peu de contre-indication, la teneur en alcool peut éventuellement limiter son utilisation dans les cas où l’usage de l’alcool est strictement proscrit. On observe cependant, que les quantités d’alcool résiduelles dans les macérats concentrés, d’autant plus après dilution dans un verre d’eau, restent extrêmement faibles, puisqu’on se retrouve avec une boisson de 0,2° par verre d’eau.

Ainsi la gemmothérapie (thérapie des bourgeons) peut être considérée comme un complément de la médecine classique ou d’autres médecines douces.