14 mars 2020 – « Ces plantes qui apaisent vos nuits et calment le stress ».

Comprendre les origines des troubles du sommeil et les mécanismes du stress pour trouver les plantes qui nous correspondent…

De manière générale, il faut avoir à l’esprit que mal dormir augmente la sensibilité émotionnelle et l’anxiété, alors que le stress peut également entraîner un mauvais sommeil, d’où un cercle vicieux dont il est difficile de sortir.

 

Petit rappel du déroulement du sommeil

Le sommeil occupe environ un tiers de notre existence. Il est constitué d’une succession de cycles, qui s’enchaînent tout au long de la nuit.

Une phase de sommeil calme à ondes lentes qui peut elle-même se diviser en 4 stades : 

Endormissement ; sommeil léger ; sommeil profond ; sommeil très profond.

Une phase de sommeil paradoxal

Une phase de sommeil intermédiaire, brève, avec des micro-réveils débouchant sur un nouveau cycle ou, à la fin de la nuit, sur le réveil complet. 

Origines possibles des troubles du sommeil

On distingue différents troubles selon les phases du sommeil concerné, avec des difficultés d’endormissement, des réveils nocturnes, des réveils aux aurores vers 4 ou 5h du matin qui rendent le lever difficile.

Pour proposer des solutions adaptées à chacun, il convient de décrypter des symptômes complémentaires dans « Je dors mal » et de rechercher une éventuelle dimension émotionnelle, digestive, hormonale ou autre.

Une des solutions peut être de renouer avec un rituel d’endormissement, en préparant par exemple, une tisane adaptée avec un mélange de plantes comme le Tilleul, le Coquelicot…

Certaines huiles essentielles, comme le Petit grain de Bigaradier, peuvent également offrir un précieux secours pour rééquilibrer globalement le système nerveux, de même que des hydrolats.

Physiologie du stress

Le stress est l’ensemble des mécanismes physiologiques qui permettent de stabiliser les fonctions vitales de l’organisme. C’est donc un système d’adaptation général de l’organisme évoluant en trois stades : action, adaptation, décompensation.

En revanche si cet état d’alerte perdure, et qu’il n’y a plus de décompensation, l’organisme passe alors en phase de résistance. C’est l’emballement général. On parle de stress chronique.

Attention : si cet état se maintient encore, arrive la phase de l’épuisement, où l’organisme n’a plus de réserves, le corps ne réagit plus, pouvant aller jusqu’au burn out, et nécessitant une prise en charge médicale vers un rétablissement durable.

En cas de stress chronique, on pourra choisir d’avoir recours aux plantes à activité plus de type anxiolytique, ou calmantes, apaisantes ou encore antispasmodiques.

La gemmothérapie, utilisant les bourgeons frais de certains jeunes arbres, peut également représenter une alternative intéressante pour modérer les déséquilibres causés par le stress, sur plusieurs mois.

De même, certaines Fleurs de Bach (élixirs floraux) peuvent apporter courage, confiance ou tranquillité d’esprit donnant ainsi la possibilité d’harmoniser ses émotions et de mieux gérer le stress.